Domaines abordés :
Chirurgie

Secteurs abordés :
Chirurgie générale

Mots-clés :
matrice unguéale
perionyxis
onyxis


L’ongle incarné

traitement médical et technique chirurgicale

Un ongle est incarné lorsqu’il s’incruste dans les tissus qui limitent ses bords latéraux. Le premier orteil est le plus fréquemment atteint.

Causes

- ongle : anomalie de la courbure de la plaque unguéale

- bourrelets et sillons : hypertrophie d’un ou des deux bourrelets

- troubles statiques du pied

- traumatique : choc sur la plaque unguéale avec possibilités d’esquilles.

Clinique

L’ongle incarné siège surtout sur le gros orteil et peut concerner un seul ou les deux sillons. On le rencontre souvent chez l’adolescent et l’adulte jeune. 3 stades :

- stade initial : pas d’infection ni inflammation, la douleur est réveillée par le chaussage.

- onyxis incipiens : douloureux avec un bourrelet inflammatoire.

- perionyxis :ongle incarné est infecté, la douleur est permanente et l’hypertrophie du bourrelet peut coiffer une partie de l’ongle.

Traitement médical

Lorsqu’il n’y a pas d’infection ni de bourrelet, des soins locaux peuvent suffire : coupe adéquate, limage de l’ongle, soulèvement de ses angles par des coins de coton, on peut aussi utiliser du nitrate d’argent pour diminuer le bourrelet. Il arrive dans certain cas que le traitement médical ne suffise pas.

Traitement chirurgical

technique chirurgicale : l’opération consiste à retirer, non seulement le bord de l’ongle (ou les bords si les deux sont incarnés), mais aussi la matrice sous-jacente. C’est elle qui produit l’ongle, et une récidive surviendra aussi longtemps qu’elle n’aura pas été retirée. L’excision est profonde et assez large, souvent sur une lésion infectée. La plaie n’est pas refermée et au mieux, un point de suture est possible pour accélérer la cicatrisation. Des soins quotidiens seront nécessaires pendant 15 à 25 jours. A long terme, les récidives sont rares, mais peuvent survenir du fait de la persistance locale de minuscules flots de matrice progressivement développés.

en pratique : si l’opération est faite sous anesthésie locale, la sortie du patient peut se faire juste après l’opération. Sous anesthésie générale, une hospitalisation de jour est habituellement suffisante. Des chaussures très larges seront utiles car une bande compressive enserrera le doigt à la fin de l’opération. Pendant trois jours ne pas trop marcher, ni rester debout et surélever le pied afin d’éviter un oedème qui retarderait la cicatrisation et favoriserait l’infection. L’activité sera reprise progressivement et la


Page imprimée sur http://www.ledamed.org