Domaines abordés :
Médecine

Secteurs abordés :
Gastro-entérologie Infectiologie et immunologie

Mots-clés :
ADN
   Biologie de l’hépatite B
AgHBe
AgHBs
ascite
cancer
   Le sondage vésical à demeure
   Ponction d’ascite
   Otalgie
   Fibromyomes utérins
   Stratégies vaccinales contre l’hépatite B
   Diagnostic d’une grosse bourse
hypertension portale
insuffisance hépato-cellulaire
cirrhose
foie
transaminases


Manifestations cliniques de l’infection par VHB

Hépatite B

Avec plus de 350 millions de porteurs chroniques et au moins 1 million de morts par an, le VHB représente l’un des principaux problèmes de santé publique dans le monde, à l’aube du IIIe millénaire.

L’évolution de l’infection est particulièrement sournoise et imprévisible à tous les âges de la vie. Quatre-vingt-dix pour cent des sujets infectés ne feront pas d’hépatite clinique.

Après une incubation comprise entre 6 semaines et 6 mois, le sujet infecté peut déclarer une hépatite aiguë (30 % des cas) avec ictère, asthénie, anorexie, insuffisance hépatique transitoire (transaminases élevées, chute du taux de prothrombine).

Alors, 4 évolutions sont possibles : * Guérison complète, clinique et biologique, avec disparition du virus dans le sang et dans les sécrétions sexuelles...

* A l’inverse, dans 1% des cas se déclare une hépatite fulminante dont la mortalité est proche de 1 00 % en quelques jours. * On peut voir une hépatite chronique avec dégradation progressive du foie, installation d’une cirrhose se compliquant, dans 30 % à 40 % des cas, d’un cancer du foie toujours mortel.

* Le portage chronique est la dernière possibilité pouvant à tout moment évoluer vers une forme aiguë ou une cirrhose.

Plus le sujet est contaminé jeune, plus le risque d’infection chronique est grand (90% chez le nouveau-né).

Tous les sujets infectés, y compris les porteurs sains, sont dangereux pour leur entourage (contacts sexuels, sang, salive, et 30% dont on ne peut pas déterminer l’origine de la transmission).

C’est dire si la vaccination est impérative dans l’entourage d’un sujet infecté par le VHB.

La clinique seule ne permet absolument pas d’affirmer que l’on est en présence d’une infection à VHB.


Page imprimée sur http://www.ledamed.org