Domaines abordés :
Secourisme d’urgence

Secteurs abordés :
Thérapeutique

Mots-clés :
drogues sympathomimétiques
hémorragie
   Traumatisme de la rate
   Epistaxis
   conduite à tenir devant un bléssé victime d’un accident de la voie publique
   Tests biologiques d’exploration de l’hémostase
   Les mutilations génitales féminines
   Les dénudations veineuses
hémostase
pression artérielle
remplissage
sang
   Physiologie de l’hémostase
   Stratégies vaccinales contre l’hépatite B
   Epidémiologie de l’hépatite B
   L’hémorragie
volémie


Prise en charge initiale et au bloc opératoire d’un choc hypovolémique

définition, étiologies, physiopathologie et conduite à tenir devant un choc hypovolémique

I. Physiopathologie

Le choc survient pour une diminution de la volémie de l’ordre de 30%.

La phase précoce est bi phasique et réversible avec une phase initiale dite compensée, (vasoconstriction périphérique compensatrice et tachycardie), puis une phase secondaire qui survient pour une hypovolémie de plus de 25%, avec syncope vasovagale, bradycardie et hypotension.

Enfin, la phase tardive, décompensée et irréversible, est caractérisée par une hypoxie tissulaire et une défaillance multi viscérale.

II. Etiologies de l’état de choc hypovolémique * Hypovolémies non hémorragiques : par perte d’eau et de sel d’origine digestive, rénale ou cutanée. * Hypovolémies hémorragiques.

III. Diagnostic clinique et paraclinique

Le diagnostic est affirmé devant une pression artérielle systolique inférieure à 90, voire effondrée, une tachycardie sinusale, des troubles neuropsychiques, des signes de vasoconstriction cutanée, une tachypnée > 20 cycles par mn, une oligurie.

Aucun examen paraclinique n’est nécessaire au diagnostic d’état de choc mais 2 examens de référence sont à réaliser en urgence : la numération formule sanguine et le groupage sanguin ABO et Rhésus avec recherche d’agglutinines irrégulières. Les autres examens complémentaires seront prescrits en fonction des circonstances et auront pour but d’apprécier d’autres conséquences possibles.

IV Prise en charge

Les mesures symptomatiques visent à maintenir la volémie, le transport de l’oxygène, l’hémostase et prévenir les complications : * arrêt de la cause du saignement ; * oxygénothérapie systématique/ventilation assistée si détresse respiratoire ; * pose de voies d’abord de gros calibre ; * demande de produits sanguins ou recherche de donneurs en l’absence de banque du sang ;remplissage (choix du soluté de remplissage) ; * transfusion de globules rouges dont l’indication ne dépend pas seulement du taux d’hémoglobine ou de l’hématocrite, de plaquettes voire de plasma si nécessaire ; prévention de l’hypothermie.

Les drogues sympathomimétiques ne sont indiquées quen dernier recours.

V Conduite pratique au bloc

La coordination entre équipe chirurgicale et anesthésique est fondamentale et l’attitude dépend de l’état du patient : * détresse extrême où la mise en condition initiale ne doit pas retarder l’hémostase chirurgicale ; * état précaire mais stabilisé où le remplissage vasculaire et le monitorage précèdent l’induction.

La surveillance (pression artérielle, fréquence cardiaque, diurèse) permet d’évaluer l’efficacité du traitement.

VI Evolution

La rapidité et la qualité de la correction de l’hypovolémie sont des paramètres essentiels pour éviter les complications secondaires dues à


Page imprimée sur http://www.ledamed.org