Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Techniques anatomo-pathologiques (PCD) > Fiche 7 : PREAMBULE aux COLORATIONS


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Fiche 7 : PREAMBULE aux COLORATIONS

La coloration des constituants cellulaires et tissulaires est une réaction très complexe dans laquelle entrent en jeu des mécanismes physiques et chimiques.

Organisation du poste de travail : Selon le nombre de lames à colorer, la batterie ne sera pas composée de la même façon. Le plus souvent, les lames étant nombreuses, on utilise des bacs à rainures, en porcelaine ou en verre, verticaux ou horizontaux. Ils permettent de colorer, suivant le modèle, entre 12 et 20 lames à la fois.

Déparaffinage :

La première étape de toute coloration d’une coupe histologique est d’éliminer la paraffine puis de la réhydrater. La galerie commence donc par : • 2 bains de Toluène ou Xylène (pour éliminer la paraffine), • 3 bains d’Alcool à 100, 90 et 70° (pour éliminer le Toluène et réhydrater progressivement), • eau courante, • eau lithinée (si fixation au Bouin), • eau courante.

NB : Si les coupes provenant d’un bloc fixé dans du liquide de Bouin sont encore jaunes, on peut les tremper dans une solution de carbonate de lithium à saturation, puis les rincer abondamment par de l’eau courante.

Les colorants nucléaires

Pour se fixer sur les acides nucléiques, les colorants doivent être basiques (et donc avoir une charge positive). L’hémalun, qui n’est pas un colorant, doit être oxydé pour le devenir. Les colorations nucléaires sont progressives. On les arrête au moment où les structures nucléaires sont colorées de façon optimale. Ce sont :

L’HEMATOXYLINE DE MAYER *

Hématoxyline 1 g Eau distillée 1000 ml Alun de Potassium ou d’Alumine 50 g Iodate de Sodium 0,2 g Acide Citrique 1 g Hydrate de Chloral 50 g

-   Dissoudre l’Hematoxyline, l’Alun et l’Iodate de Sodium dans l’eau distillée. Laisser le mélange toute la nuit à la température du laboratoire.
-   Le lendemain ajouter l’Hydrate de Chloral et l’Acide Citrique.
-   Mélanger et faire bouillir pendant 5 minutes.
-   Laisser refroidir.
-   Filtrer. La solution est prête à l’emploi.

L’HEMALUN DE MAYER *

Solution aqueuse saturée de :

Alun de Potassium (environ 2%) 1000 ml Hémateïne 2 g Acide Acétique glacial 20 ml

-   Faire bouillir la solution d’Alun de Potassium.
-   Ajouter à la solution bouillante l’Hématéine et laisser bouillir pendant 5 minutes.
-   Refroidir, Filtrer.
-   Ajouter l’acide acétique. La solution est prête à l’emploi.

HEMATOXYLINE DE HARRIS *

Hématoxyline 5 g Ethanol absolu 2 ml Alun de Potassium ou d’Ammonium 100 g Eau distillée 1000 ml Oxyde rouge de mercure 2,5 g

-   Dissoudre l’Hématoxyline dans l’Ethanol.
-   Dissoudre l’Alun dans l’eau en chauffant légèrement et retirer la solution du feu.
-   Mélanger les deux solutions, puis faire bouillir le mélange.
-   Le retirer du feu et ajouter avec précautions par petites quantités l’oxyde mercurique.
-   Chauffer jusqu’à ce que la solution acquière une coloration pourpre foncé.
-   Retirer du feu et refroidir aussitôt dans un bain d’eau froide. L’Hematoxyline est prête à l’emploi dès qu’elle est froide.
-   Filtrer avant usage. (On peut ajouter 2 à 4% d’acide acétique glacial pour augmenter la coloration nucléaire.)

Les colorants cytoplasmiques

Les colorations cytoplasmiques sont régressives : on surcolore puis on enlève l’excès avec un alcool faible. Les principaux sont :

L’EOSINE * Eosine B 10 g Eau distillée 1 000 ml

La PHLOXINE * Phloxine B 30 g Eau distillée 1 000 ml

L’ERYTHROSINE * Erythrosine B 10 g Eau distillée 1 000 ml

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia