Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Techniques anatomo-pathologiques (PCD) > fiche 3b : GESTION DE PIECES CALCIFIEES


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

fiche 3b : GESTION DE PIECES CALCIFIEES

Un tissu contenant du calcaire, l’os par exemple, ne peut être coupé tel quel en technique habituelle. Il devra donc être décalcifié.

Technique

  • A-Pour les petits prélèvements

-  Emballer le petit fragment à décalcifier dans une gaze fermée par un lien de ficelle.
-  Fixer dans le Formol
-  Immerger dans une solution décalcifiante * (par exemple de l’acide nitrique à 10% ) si possible avec agitation permanente (avec un agitateur magnétique).
-  La décalcification est interrompue après contrôle à l’aiguille et chaque soir. Le prélèvement est remis chaque nuit à fixer, après rinçage à l’eau courante.
-  La solution doit être changée tous les jours.
-  La décalcification terminée, remettre le prélèvement à fixer pendant quelques heures.

  • B-Pour les grosses pièces

-  Etude macroscopique du prélèvement (taille, consistance), éventuellement prélèvements particuliers (bactério, empreintes, cytogénétique... ), radio de la pièce, badigeonnage des marges...

-  Il peut s’agir d’un os entier, ou d’un fragment d’os : après avoir prélevé la moelle si nécessaire, une tranche osseuse d’environ 5 mm d’épaisseur est pratiquée avec une scie adaptée *, selon un plan frontal ou sagittal suivant le plus grand diamètre d’extension de la lésion. Une radio (ou une photocopie) de cette tranche est pratiquée et un schéma décalqué sur lequel seront positionnés ultérieurement les prélèvements « en grille. »

-  Le fragment à décalcifier est enveloppé dans une gaze retenue par un lien en ficelle et immergé dans le liquide décalcifiant. Si un bain d’électrolyse est utilisé, les électrodes sont fichées dans celui-ci. Le temps de décalcification est suivi avec une épingle.

-  Après la décalcification, la pièce, si elle est grande, est rincée dans l’eau, avant d’être, pour les grandes pièces, découpée « en grille » sous forme de carrés de 2 cm de côté, numérotés et positionnés sur le schéma. Sinon elle est directement passée du décalcificateur au fixateur.

-  Les fragments numérotés sont mis en cassettes et remis à fixer pendant 12 à 18 heures dans du Formol. Ils suivent ensuite le cycle habituel de la technique de déshydratation et d’enrobage.

Remarques

-  Pour la coupe au microtome après décalcification, les blocs doivent être dégrossis avec un rasoir réservé à cet usage, puis repris avec un rasoir normal.

-  La coloration de fragments décalcifiés nécessite souvent des temps de coloration plus longs que pour les pièces ordinaires. Il est important de contrôler au microscope l’intensité de ces colorations en cours de technique.

Produits décalcifiants, matériels

Les méthodes décalcifiantes sont variées :

-  Acide nitrique à 10 % ou au 30 % : c’est le procédé le plus simple.

-  Produits décalcifiants : diverses marques sont disponibles, comme le « R.D.O. » (EUROBIO réf. : 903548) surtout utilisé pour les biopsies ostéo-médullaires.

-  Mélange décalcifiant (2 acides)

- acide formique normapur(Prolabo n° 20318297)400 ml
- acide chlorhydrique normapur(Prolabo n° 2925292)400 ml
- H2Oqsp5000 ml

-  Acide acétique glacial (1M) à 5 % ou 10 % en solution aqueuse ou formolée (x 24 heures), biopsies médullaires en particulier, avec bonne conservation d’une majorité d’épitopes pour immunomarque.

-  Méthode électrolytique : Il s’agit d’une méthode plus complexe nécessitant un appareillage particulier : le mélange peut servir de bain d’électrolyse dans un bac où plongent deux électrodes de charbon* pur, fichées dans le tissu à décalcifier et reliées à un voltmètre *. Le bac lui-même est immergé dans un récipient contenant de l’eau courante (par exemple un évier). Le temps de décalcification est fonction de la taille et de la nature du fragment : rapide pour les petites biopsies (< 4 h), beaucoup plus long (jusqu’à 4 jours) pour une tranche de fémur dont les corticales sont souvent très denses.

Les Matériels

-  Scie à métaux
-  Scie électrique : type 210 standard, chez Mathieu et Cie
-  Chargeur de voiture : voltmètre (ddp de 6 à 8 volts) pour entretenir le bain d’électrolyse
-  Electrodes en charbon : réf. : 2239 usiné, (Hauteur = 9 cm, Epaisseur = 0,9 cm) chez Carbone Lorraine.

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia