Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Santé publique > L’or bleu des barrages se ternit


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

L’or bleu des barrages se ternit

nuisances engendrées par les barrages

Aujourd’hui, les aménagements hydrauliques ou barrages, en particulier en Afrique sahélienne, pour développer l’irrigation, sont vivement critiqués.

En novembre 2000, à Ouagadougou, au Burkina Faso, un colloque international s’est réuni sur le thème : "Eau et santé, impacts sanitaires et nutritionnels des hydro-aménagements en Afrique". En mars 2001, une journée d’action internationale contre les barrages a été organisée. Ces initiatives rejoignent les constats du rapport de la commission mondiale des barrages créée par la Banque mondiale "si les barrages ont apporté une contribution importante au développement humain... les bénéfices ont souvent été payés d’un prix inacceptable, et souvent inutile".

Certes, les barrages apportent incontestablement des bienfaits :

* production d’hydroélectricité (en Afrique, elle représente 80 % de la production totale d’électricité), * régularisation des fleuves qui permet d’éviter de graves inondations, * meilleur contrôle de l’approvisionnement en eau des cultures. L’irrigation, à partir des eaux des cours d’eau ou de celles artificiellement retenues derrière des barrages, petits ou grands, a été perçue comme un des principaux moyens d’augmenter la production agricole.

Toutefois, les "nuisances" engendrées par les barrages paraissent, de l’avis de certains experts, trop chèrement payés par la population.

* En premier lieu, la prévalence augmentée de certaines maladies (le paludisme, l’onchocercose, les schistosomes, la dengue). La multiplication de points d’eau autour des villages peut accroître le nombre de sites de reproduction des vecteurs de ces maladies. Les agents pathogènes qui se trouvent dans les plans d’eau de surface sont à l’origine de nombreuses infections gastro-intestinales : ils servent de lieux de toilette et d’évacuation des déchets, tout en constituant des aires de jeu pour les enfants. * En second lieu, l’irrigation n’améliore pas nécessairement la nutrition, parce que les femmes qui pratiquent les cultures maraîchères sont souvent obligées de sevrer leurs enfants plus tôt, mais aussi parce qu’elles ignorent souvent les vertus alimentaires des légumes qu’elles cultivent.

Les interventions seront plus efficaces et moins onéreuses si elles sont entreprises préventivement. Une concertation entre toutes les parties concernées permettrait de mieux maîtriser l’organisation et le développement harmonieux de toutes les activités rendues possibles par la création d’un lac de barrage.

L’irrigation est une condition nécessaire du développement, mais elle est insuffisante si l’irrigation n’améliore pas la nutrition et la

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Santé publique

Secteurs abordés :
Développement communautaire

Mots-clés et articles associés:
cultures
développement
   Surmortalité maternelle et infantile en Afrique de l’Ouest (article)
maladies transmissibles
Barrages

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia