Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Chirurgie > L’hémospermie


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

L’hémospermie

causes et traitement de l’hémospermie

Rappel anatomique :

Les testicules : Situés dans les bourses, ils fabriquent les spermatozoïdes.

Les épididymes : Coiffant les testicules, ils sont constitués de pelotons canalaires amenant les spermatozoïdes jusqu’aux canaux déférents.

Les canaux déférents : Ce canal part de l’épididyme vers les vésicules séminales et la prostate. Il amène les spermatozoïdes aux vésicules séminales.

Les vésicules séminales : Ce sont des réservoirs qui emmagasinent les spermatozoïdes en attendant l’éjaculations. Elles sécrètent un liquide qui constitue 70 % du volume du sperme et permet la survie des spermatozoïdes.

La prostate : Elle est située sous le col vésical et entoure l’urètre. Son rôle est de sécréter une partie du sperme (environ 30 % ) au moment de l’éjaculation.

L’urètre : Le sperme, une fois éjaculé, parcourt l’urètre (une voie commune génitale et urinaire). L’urètre, au moment de l’éjaculation, sécrète un liquide fluide, transparent et peu abondant.

On comprend donc que seules les vésicules séminales et la prostate peuvent être en cause dans les hémospermies.

Les signes cliniques

Hémospermie : présence de sang en faible quantité dans le sperme après l’éjaculation.

Signes d’accompagnement : souvent aucun. On peut cependant noter : éjaculation douloureuse, moins abondante, hématurie, brûlures mictionnelles, pollakiurie, écoulement urétral purulent, douleur testiculaire ou épididymaire, dysurie. Parfois antécédents récents de sondage vésical ou d’endoscopie urinaire, de fièvre, de tuberculose ou de Bilharziose urinaire.

Examen clinique : la palpation des testicules et des épididymes est à la recherche de signes d’épididymite aiguë. On recherche une infection urinaire. Le toucher rectal objective une prostatite, un adénome, un cancer. Le plus souvent, l’hémospermie apparaît isolée.

Diagnostic différentiel

Hématurie survenant lors de la miction qui suit l’éjaculation, sperme trouble, purulent mal interprété, urétrorragie, saignement provenant de la partenaire.

Examens complémentaires

Aucun n’a de valeur décisive : ECBU, spermoculture , échographie endo-rectale.

Les causes et leurs traitements

Les hémospermies idiopathiques : plus de 70 % des cas, aucune cause précise n’est décelée. L’hémospermie cédera spontanément.

Les prostatites : subaiguës, elles sont en cause dans 25% des cas et sont souvent dues à une infection à Chlamydiae. La prostatite bilharzienne est à évoquer chez un bilharzien connu. La prostatite tuberculeuse, bien que rare, doit être évoquée.

Plus rares : adénome prostatique, cancer de la prostate ou d’une

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Chirurgie

Secteurs abordés :
Urologie

Mots-clés et articles associés:
idiopathique
prostate
   Le sondage vésical à demeure (article)
vésicules séminales
hémospermie

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia