Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Médecine > Maladies sexuellement transmissibles 1ère partie


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Maladies sexuellement transmissibles 1ère partie

algorithme décisionnel et traitement des ulcérations génitales et bubon

GE NERALITES

- gravité

* par méconnaissance fréquente de l’infection (formes a- et pauci-symptomatiques) donc absence de traitement, contagiosité

* Chlamydia T. responsable de stérilité chez la femme ; virus virulents : VIH et Sida, VHB et hépatite chronique ; virus à potentiel oncogène : EBV et lymphomes, papillomavirus et cancers du col utérin, VHB et hépatocarcinome...)

* transmission possible au foetus ou au nouveau-né lors de l’accouchement

* les MST facilitent la transmission du VIH

- traitement toujours double : le patient et son (ses) partenaire(s)

- résistance croissante aux antibiotiques

- prévention simple : abstinence sexuelle, fidélité réciproque ou usage de préservatifs, hépatite B : seule MST prévenue par la vaccination

ULCERATION GENITALE :

syphilis primaire :

* incubation longue : 10 à 100 jours, en moyenne 3 semaines

* ulcération génitale superficielle, propre, surface indurée

* confirmation : examen direct au microscope à fond noir : tréponèmes+  ; sérologie TPHA-VDRL : séroconversion, ascension du titre du VRDL

chancre mou :(cf. bubon inguinal)

* incubation courte : 3 à 7 jours ; chancre + ulcérations cutanées + bubon

herpès génital : (habituellement HSV de type 2)

* notion d’épisodes antérieurs identiques

* ulcérations génitales groupées en bouquets (parfois ulcération chancroïde)

* confirmation : culture virale : effet cytopathogène caractéristique

donovanose : séjour en pays d’endémie

* ulcération unique en plateau

* examen direct : corps de Donovan

maladie de Nicolas et Favre : séjour en pays d’endémie

se révèle plus souvent par une adénite inguinale, le chancre d’inoculation passant inaperçu (cf. bubon inguinal)

Remarques :

- diagnostic plus difficile chez la femme si lésions au niveau des organes génitaux internes

- drainage lymphatique fonction du siège de l’ulcération : inguinal si vaginal, pelvien profond si cervical

- étiologies non infectieuses : ulcération caustique, mécanique, physique ; aphtose génitale (maladie de Behçet), tumeur

Traitement :

Syphilis primaire :

- benzathine benzylpénicilline : 2,4 M Ul en IM (1 injection),

- ou bénéthamine pénicilline + pénicilline G : 1 M UI/j en IM pendant 14 j,

- ou, en cas d’allergie à la pénicilline : doxycycline : 100mg x 2/j per os pendant 15 j,

- ou érythromycine : 1g x 2/j per os pendant 15 j (moins efficace)

Chancre mou :

- macrolides : éryhromycine : 1g x 2/j per os pendant 7 j

- ou amoxicilline-acide clavulanique : 500mg x 3/j per os pendant 7 j

- ou ceftriaxone : 250mg IM en dose unique

Donovanose :

- tétracyclines : 2cp à 250mg x 4/j pendant 3 semaines

- ou cotrimoxazole : (800mg SMZ + 160mg de TMP) x 2/j per os 14 j

Maladie de Nicolas-Favre :

- tétracyclines : doxycycline : 1cp à 100mg x 2/j pendant 3 semaines,

- ou macrolides pendant 21 jours

Herpès génital :

a) primo-infection

- aciclovir : 1cp à 200mg x 5/j ou 1cp à 400mg x 3/j pendant 7 à 10 jours,

- ou valaciclovir : 1cp à 500mg x 2/j pendant 7 à 10 jours

b) récurrences :

* épisodes prolongés et douloureux :

- aciclovir : 200mg x 5/j ou 800mg x 2/j pendant 5 jours

- ou valaciclovir : 500mg x 2/j pendant 5 jours

* récurrences>6/an : traitement au long cours :

- aciclovir : 400mg x 2/j pendant 1 an

- ou valaciclovir : 500mg/j pendant 1an

BUBON INGUINAL : adénopathie inguinale inflammatoire, fistulisant à la peau

chancre mou : (Haemophilus ducreyi) :

* fistulisation spontanée à la peau en un seul pertuis

* adénopathie associée à une ulcération génitale

* diagnostic difficile : ponction au niveau du chancre et du bubon : examen direct du frottis : petits bacilles de coloration bipolaire dont le regroupement en banc de poissons est caractéristique

maladie de Nicolas et Favre : (Chlamydia trachomatis, sérotype L)

* ulcération génitale, éphémère, passant le plus souvent inaperçue

* fistulisation du bubon à la peau en pomme d’arrosoir

* sérodiagnostic (anticorps à un titre supérieur ou égal à 32)

Remarques :

- signe de la poulie de Greeblatt : caractéristique de la maladie de Nicolas et Favre (adénopathie inguinale séparée en deux par le ligament de Poupar)

- diagnostiques différentiels : les ganglions inguinaux drainent le membre inférieur, les fesses et la région péri-anale ; rechercher la notion de piqûre, morsure ou excoriation récente : peste bubonique, pasteurellose, maladie des griffes du chat, tularémie, tuberculose ganglionnaire ou pyodermite dans le territoire de drainage lymphatique.

Traitement : cf. ulcération génitale

chancre mou :

* antibiothérapie + repos au lit + ponctions itératives du bubon (tous les jours jusqu’à son affaissement) ; ne pas inciser par drainage, chirurgie inutile

* critères de guérison jugés au niveau de l’ulcération (et non pas du bubon) : au 3è jour elle ne progresse plus et la cicatrisation est

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Médecine

Secteurs abordés :
Dermatologie

Mots-clés et articles associés:
chancre mou
donovanose
herpès génital
maladie de Nicolas-Favre
syphilis

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia