Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Santé publique > Evaluation des effets de la supplémentation iodée chez les enfants


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Evaluation des effets de la supplémentation iodée chez les enfants

Introduction

- prévalence nationale de 63,4% de Troubles Dus à la Carence en Iode (TDCI) en République de Guinée

- mise en place d’une stratégie d’éradication puis évaluation de la situation des TDCI dans la préfecture de Kindia après 3 années d’intervention.

Cadre et méthode de travail :

- préfecture de Kindia : à 130km de Conakry en Basse-Guinée, superficie de 9648km², 311 465 habitants, alimentation de base : maïs, riz, fonio et manioc

- enquête par sondage en grappes de l’OMS, période du 25/5/1999 au 6/6/1999, examen clinique de 1 774 enfants (8-19 ansà), biologique de 307 d’entre eux

Résultats :

- 62,85 % de la population examinée indemne de goitre ; 37.1% porteurs de goitre ; stade I : 35,2 %, stade Il : 1,97 % (6 fois plus de filles), stade III : aucun cas

- sexe féminin plus touché (40,6 %) que le sexe masculin (34,9 %).

- fraction sévèrement/modérément touchée (< 49 microgrammes/l) : 63,5%

- fraction légèrement affectée (50 à 99 microgrammes/l) : 26 %

- segment supérieur à 100 microgrammes/l : 10,7 %

- iodurie : médiane de 41 microgrammes/l, intervalle de confiance de 95 % (entre 36 et 47 microgrammes/l)

- légère régression de la prévalence totale (40,6 % à 37,1 %) entre 1994 et 1999

Commentaires :

- important foyer de goitre en Guinée ayant nécessité l’instauration d’un programme national de lutte contre les TDCI : distribution gratuite des capsules d’iode à la base communautaire et sur la généralisation immédiate et à long terme du sel iodé.

- après 3 ans d’intervention : légère régression non significative (40,6%=>37,1% dans la préfecture de Kindia) :

. distribution insuffisante des capsules iodées au niveau de la population

. faible pénétration (6,60%) de sel iodé

- évolution de la prévalence des stades goitreux : stagnation au niveau 0 et I, régression de moitié des stades Il et disparition du stade III (document 4).

- sexe féminin : besoins accrus au cours de la puberté, grossesse

Conclusion :

Selon la classification de UNICEF/ICCIDD/OMS, la préfecture de Kindia se trouve encore dans la catégorie de déficience modérée.

Si les mesures urgentes et efficaces ne sont pas prises à cet effet,

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Santé publique

Secteurs abordés :
Endocrinologie
Epidémiologie
Prévention
Socio-économie de la santé

Mots-clés et articles associés:
par stade et sexe
Prévalence globale

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia