Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Santé publique > L’iode


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

L’iode

besoins humains en iode, conséquences d’une carence en iode, moyens de supplémentation en iode

Troubles liés à la déficience iodée :

- iode

. présent dans le corps humain en très faible quantité (15 à 20 mg chez l’adulte)

. élément indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes (rôle unique)

. apports quotidiens recommandés : 40 microgrammes/j pour le nourrisson, 70 à 90 pour l’enfant, 150 pour l’adolescent et l’adulte, 175 pendant la grossesse et 200 pendant l’allaitement

- déficit en iode

. 1 milliard et demi d’individus dans le monde dont 20 millions ont un retard mental

. anomalies de la fonction thyroïdienne, puis goitre, diminution de la fertilité, augmentation du taux d’avortement et de la mortalité périnatale (voir document 2)

* goitre (300 millions de personnes sur terre) : hypertrophie thyroïdienne due à une sécrétion accrue de TSH par l’hypophyse qui stimule les cellules thyroïdiennes malheureusement incapables de sécréter correctement des hormones thyroïdiennes en l’absence d’iode ; zone de goitre endémique : >10 % des 6 à 12 ans porteurs de goitre

* crétinisme endémique (>3 millions de personnes sur terre) : sujets nés et vivant dans une zone de goitre endémique atteints d’un retard mental irréversible avec hypothyroïdie sévère, petite taille, trouble de la marche et quelquefois surdité et strabisme (hypothyroïdie permanente ayant débuté pendant la vie foetale ou la période néonatale)

* déficits en iode modérés : fatigabilité, frilosité, diminution du taux des hormones thyroïdiennes dans le sang.

Cycle de l’iode dans la nature et source de l’iode pour l’homme

- réservoir terrestre : eau de mer ; teneur en iode de l’atmosphère et de l’eau de pluie diminue en s’éloignant des côtes, iode présent dans le sol entraîné vers les rivières par les eaux de ruissellement ; régions les plus pauvres en iode : zones montagneuses, régions éloignées des océans

- principale source en iode : les aliments : les plus riches : fruits de mer, poissons de mer, oeufs ; les plus pauvres : viandes, fruits et légumes

Besoin en iode chez l’homme :

dosages sanguins d’hormones thyroïdiennes et mesure d’iode dans les urines

Traitement préventif de la carence en iode :

- méthode la plus simple, efficace et de coût modeste : enrichissement en iode des sels destinés à la consommation humaine, sous forme d’iodure de potassium, mais l’iodate de potassium plus stable (intéressant dans les régions humides)

- supplémentation orale d’iodure ou iodate de potassium périodique (bimensuelle ou mensuelle) : supplémentation sous forme d’huile enrichie en iode lentement résorbable, administrée par voie orale ou intramusculaire. Effets indésirables : allergie à l’iode, intoxication par dose massive d’huile iodée pouvant entraîner des complications cardiaques.

- la distribution gratuite de capsules d’iode et l’utilisation de sels iodés n’ont pas encore d’effet spectaculaire (expérience Guinéenne) * l’utilisation de diffuseurs d’iode dans les puits apparaît pour

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Santé publique

Secteurs abordés :
Endocrinologie
Epidémiologie
Nutrition
Prévention
Socio-économie de la santé

Mots-clés et articles associés:
crétinisme
goitre
iode
hyperthyroïdie

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia