Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Médecine > Progrès dans la prise en charge de la drépanocytose


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Progrès dans la prise en charge de la drépanocytose

mesures préventives et thérapeutiques dans la drépanocytose

La drépanocytose est la première maladie génétique africaine. Bien que des progrès thérapeutiques aient été réalisés, les mesures préventives gardent toute leur importance.

Prévention des infections  :

- avant l’âge de 10 ans, prise régulière d’Oracilline en 2 prises par jour (250 000 à

500 000 UI/j).

- vaccins : vaccin antipneumococcique dès l’âge de 2 ans (susceptibilité importante du drépanocytaire au pneumocoque), avec rappel tous les 3 ans ; vaccin contre l’Haemophilus b également souhaitable avant l’âge de 5 ans.

Prévention des crises vaso-occlusives  : en pratique, 10 règles d’or sont à respecter

1. Bien se laver le corps et les dents pour éviter les microbes provoquant les infections. 2. Surveiller sa température, donc avoir constamment à portée de la main un thermomètre. 3. Si la température est supérieure à 38C, aller vite consulter au dispensaire. 4. Boire beaucoup d’eau (environ 3 litres/jour pour un adulte). 5. Eviter les endroits mal aérés, enfumés, l’altitude et les voyages en avion. 6. Avoir une alimentation saine et variée. 7. Surveiller la couleur des yeux et des urines (consulter si ces dernières sont trop foncées). 8. Eviter ce qui peut ralentir ou bloquer la circulation du sang (vêtements trop serrés, jambes croisées). 9. Consulter régulièrement au dispensaire. 10. Dormir au moins 7 heures/nuit et maîtriser les efforts physiques (attention aux matchs de foot !).

Lutter contre la douleur

La douleur est un problème majeur dans la drépanocytose, nécessitant dès le plus jeune âge l’emploi d’antalgiques : paracétamol seul ou associé à la codéine (encore plus efficace). Il peut être nécessaire d’avoir recours à des antalgiques plus forts, à l’hôpital ou au dispensaire (Prodafalgan®, voire morphine intraveineuse).

Les nouveaux médicaments

La constatation qu’un taux d’hémoglobine foetale élevé est associé à une diminution de la fréquence des crises douloureuses a conduit à des essais cliniques utilisant des médicaments capables d’augmenter la production d’hémoglobine foetale par la moelle osseuse. L’Hydréa®, medicament habituellement utilisé dans certains cancers, est maintenant prescrite dans cette indication, à des doses bien tolérées sur le plan hématologique (surveillance des taux des globules blancs et des plaquettes). L’élévation de l’hémoglobine foetale est variable d’un sujet à l’autre et s’apprécie après 3 mois de traitement.

Les transfusions : elles sont souvent le dernier recours dans les crises et les infections (s’assurer de la sécurité virologique du sang transfusé).

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Médecine

Secteurs abordés :
Pédiatrie

Mots-clés et articles associés:
douleur
   Douleur du SIDA (enfant) (article)
   Envenimation par scorpions et méduses (article)
   L’inflammation (article)
   Douleur de la drépanocytose (article)
   Hernie étranglée (article)
   Blocs tronculaires périphériques du membre supérieur et chirurgie de la main (article)
   Douleur du SIDA (adulte) (article)
hémoglobine foetale
Hydrea
infections
   Les mutilations génitales féminines (article)
crises vaso-occlusives

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia