Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Chirurgie > La cataracte


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

La cataracte

cause de millions d’aveugles dans les pays en voie de développement

On évalue le nombre d’aveugles dans les pays en voie de développement à près de 50 millions, dont environ la moitié par cataracte. Si ce n’est pas une cause évitable de cécité, elle est néanmoins curable chirurgicalement.

L’article rappelle tout d’abord l’anatomie de l’oeil humain, afin de situer le cristallin et les structures intéressées dans les suites opératoires, ainsi que sa physiologie.

1) Définition

La cataracte est une opacité du cristallin, progressive et indolore (sauf cataracte traumatique). L’oeil opéré est dit aphaque quand le cristallin n’a pas été remplacé, pseudophaque en cas d’implantation.

2) Étiologie : rayonnements ultraviolets et malnutrition semblent impliqués.

3) Formes cliniques : selon l’âge (nourrisson ; familiale ; sénile), selon l’étiologie (congénitale ; traumatique ; secondaire à une uvéite, une endophtalmie, une corticothérapie), selon l’anatomie, selon la densité ou enfin la position.

4) Examen clinique dans une situation de dépistage par un personnel non spécialisé :

- l’interrogatoire date le début de la baisse d’acuité visuelle, recherche l’existence d’une pathologie générale, d’antécédents maternels en cas de cataracte congénitale et d’une autre pathologie oculaire.

- examen du patient (à consigner par écrit) : mesure de l’acuité visuelle de chaque oeil ; l’examen de l’oeil à la lampe torche et lunettes loupes recherche au niveau de la pupille une opacité blanche  ; mesure du tonus oculaire ; contrôle des voies lacrymales.

Aucun autre examen complémentaire n’est nécessaire avant la chirurgie.

Traitement de la cataracte

Les méthodes historiques, encore utilisées dans les pays en voie de développement, ne représentent plus à l’heure actuelle une alternative acceptable à l’extraction chirurgicale.

1) Les méthodes modernes

- l’extraction intra-capsulaire : méthode la plus pratiquée car la moins onéreuse et pouvant s’effectuer sans microscope opératoire.

- l’extraction extra-capsulaire : impose le recours à un microscope opératoire coaxial et nécessite une grande quantité de solution saline balancée, des tubulures, des seringues.

- la phako-émulsification : cette technique est peu adaptée aux pays en voie de développement du fait de son coût en matériel mais donne les meilleurs résultats et sécurité des suites.

Correction de l’aphaquie

L’ablation du cristallin doit être compensée par un système fortement convergent qui peut prendre plusieurs formes :

- les lunettes : elles sont épaisses et ne permettent qu’un champ de vision limité.

- les lentilles de contact : elles sont indiquées dans le cas d’une intervention unilatérale mais leur port dans une atmosphère poussiéreuse est totalement contre-indiquée.

- les implants cristalliniens : sont en théorie le meilleur système optique de correction mais ils se heurtent à plusieurs obstacles dans les pays en voie de développement (coût, fabrication, stérilisation, faisabilité technique).

Indications

Les indications opératoires dépendent également de l’âge du patient, de ses besoins, des autres anomalies de la vision éventuellement associées.

Quelques contre-indications : vision nulle, baisse modérée de l’acuité visuelle, cataracte unilatérale dans certains cas, infection évolutive (locale ou générale).

2) L’anesthésie

Elle est locale sauf chez le nourrisson et le sujet agité, à base de Xylocaïne® principalement.

3) Les conditions opératoires : doivent respecter strictement les règles d’asepsie.

4) Les suites opératoires : traitement local par collyre cortico-antibiotique associé à un parasympathicolytique pour la durée de la période inflammatoire. Le patient est levé le lendemain mais ne doit pas faire d’efforts.

Surveillance de l’apparition de complications immédiates ou plus tardives.

5) Les opérateurs : en l’absence de chirurgiens ophtalmologistes, certains états ont décidé de la formation de non médecins à cette chirurgie, qui est peu onéreuse, gratifiante car permet la réhabilitation visuelle de malvoyants, et adaptée aux pays en voie de

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Chirurgie

Secteurs abordés :
Ophtalmologie

Mots-clés et articles associés:
acuité visuelle
   L’examen de l’oeil oculaire dans le cadre des soins de santé primaire en Afrique Sahélienne (article)
cataracte
cécité
cristallin
implants cristallins
oeil
   Comment produire des collyres en milieu rural (article)
ophtalmologie

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia