Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Santé publique > Actualités du choléra à l’aube du 3e millénaire


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Actualités du choléra à l’aube du 3e millénaire

maladie au premier rang des préoccupations de santé publique dans le monde

I Historique et situation actuelle

Connu depuis l’antiquité grecque, le choléra s’est étendu à travers le monde au XIXème siècle, réalisant 7 pandémies. La dernière pandémie, en 1961, s’est accompagnée d’un changement bactériologique majeur : le germe en cause n’était plus le Vibrio cholerae classique mais le Vibrio El Tor. En 1992, une importante épidémie survint dans le sud de l’Inde, due à une nouvelle souche de Vibrio cholerae non-O1. Actuellement, le choléra atteint tous les continents mais touche surtout les pays où le niveau socio-économique est bas (Afrique surtout).

II Epidémiologie

1. Agent pathogène : Vibrio cholerae, bactérie gram négative qui sécrète une toxine très puissante. Seules sont pathogènes les souches O1 pandémiques (Vibrio cholerae classique et El Tor), et les nouvelles souches non-O1 épidémiques (O139 Bengale et O37 Soudan). Vibrio cholerae se développe bien dans l’eau, les milieux humides alcalins et salés, survit plusieurs jours dans les poissons et crustacés et les déjections humaines. Il est détruit par le soleil, la dessication, le chauffage, la javel et les milieux acides.

2. Le mode de contamination en période d’épidémie est direct, inter-humain (selles, vomissements), ou indirect (eau polluée, fruits de mer, poissons, aliments souillés).

3. Facteurs favorisants : locaux (forte charge infectante, hypochlorhydrie gastrique) ; épidémiologiques (niveau socio-économique bas, concentration humaine, facteurs climatiques).

4. Equilibre entre infection et immunité collective : absence d’immunité naturelle ; immunité acquise dès le 7^e jour de la maladie, brève (3 mois) ; pas d’immunité croisée entre les souches O1 et O139.

Dans les pays cumulant des facteurs favorisants, on distingue 2 états  : un état endémique et la poussée paroxystique de l’épidémie.

III Clinique et traitement

1. La forme typique grave : après une incubation très courte, association d’une diarrhée aqueuse très abondante et de vomissements, sans fièvre, entraînant très vite un état sévère de déshydratation pouvant entraîner la mort par collapsus en 48 à 72 heures.

Traitement : réhydratation massive en IV puis per os, suivie au bout de quelques heures d’une antibiothérapie (généralement cyclines chez l’adulte, sulfamides chez l’enfant).

2. Les formes mineures (gastro-entérite) sont plus fréquentes et ne nécessitent qu’une réhydratation orale et des mesures de prévention.

IV Prévention

Elle est essentielle dans la lutte contre le choléra dans les pays de niveau sanitaire rudimentaire. Hygiène et chloration par l’eau de javel sont les meilleurs outils de prévention en zone d’endémie (éducation sanitaire des populations).

Les autres mesures préventives sont moins efficaces. Des vaccins oraux

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Santé publique

Secteurs abordés :
Education pour la santé

Mots-clés et articles associés:
éducation sanitaire
prévention
   Infections respiratoires aiguës (article)
   Trypanosomiase (article)
   Information et prévention (article)
   Choléra (article)
   La prise en charge des personnes atteintes comme élément de prévention (article)
   Le SIDA, comment en parler à l’école (article)
   Aider l’enfant handicapé moteur (article)
   Prévenir la diarrhée chez les jeunes enfants (article)
   L’utilisation systématique du cotrimoxazole (Bactrim) pour prévenir les complications infectieuses de la rougeole peut-elle diminuer sa mortalité ? (article)
   Rééducation des lombalgies (article)
vibrio cholerae
vibrion
   Les déterminants du choléra (article)
cholera

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia