Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Techniques de laboratoire > Diagnostic des infections à gonocoque


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Diagnostic des infections à gonocoque

premier diagnostic des infections à gonocoque

Le gonocoque (Neisseria gonorrhoeae) est une bactérie pathogène, responsable d’une maladie sexuellement transmissible, très fréquente et très contagieuse, la blennorragie.

Chez l’homme, c’est une urétrite aiguë se traduisant par un écoulement purulent au niveau du méat urinaire et des douleurs aiguës à la miction. La période d’incubation est courte et sans symptôme. Si le traitement n’est pas instauré rapidement, l’urétrite antérieure devient totale. Elle peut même se propager aux voies génitales donnant des infections de l’épididyme, du testicule et de la prostate.

Chez la femme, la maladie est le plus souvent sans symptômes au début, pour ne devenir visible que lorsque l’infection s’est étendue. Il peut s’agir d’une inflammation de l’urètre, des glandes de Skène et/ou de Bartholin. Souvent la patiente consulte pour leucorrhées et l’on constate alors une cervicite, une salpingite. Parfois il s’agit d’une péritonite.

Autres localisations  : Chez la femme enceinte, elle peut provoquer une infection de l’enfant lors de l’accouchement (conjonctivite purulente). L’ophtalmie néonatale est prévenue par l’instillation oculaire systématique aux nouveau-nés d’une solution de nitrate d’argent à 1 pour cent. On peut trouver chez l’adulte des formes anorectales et pharyngées.

Complications  : Elles surviennent en l’absence de diagnostic et de traitement. Il s’agit de complications articulaires, septiques ou mécaniques.

Prélèvements :

* Chez l’homme Lors d’urétrite aiguë, on prélève un peu de pus urétral à distance d’une miction. Dans les formes subaiguës, où l’écoulement est souvent minime et intermittent, le prélèvement devra être fait le matin avant la première miction. Dans le cas d’une atteinte haute, il est possible de prélever les sécrétions urétroprostatiques après massage prudent de la prostate. Il faut chez les homosexuels pratiquer un prélèvement anorectal.

* Chez la femme Plusieurs prélèvements seront effectués systématiquement : au niveau de l’urètre, au niveau des orifices glandulaires vulvaires de Bartholin ou de Skène en cas d’atteinte inflammatoire, au niveau de l’endocol, au niveau de l’anus. Il existe une réactivation physiologique au moment des règles (4e jour).

* Dans les deux sexes : Le gonocoque est plus rarement isolé au niveau de la gorge, de lésions cutanées, du liquide articulaire, du sang.

Examen microscopique  : permet de faire le diagnostic des urétrites aiguës de l’homme. Un étalement de pus montrant après coloration des diplocoques à gram négatif en majorité intraleucocytaires est très caractéristique et constitue un très fort élément de présomption. La confirmation par culture est recommandée.

Culture : Elle est délicate et nécessite l’ensemencement immédiat du prélèvement. On met en évidence des cocci à gram négatif en grains de café, possédant une oxydase. Le diagnostic définitif ne peut se faire que par l’étude biochimique de la souche isolée.

Antibiogramme : il doit être effectué quand cela est possible en raison de l’existence de souches résistantes

Traitement : Il devra tenir compte des résistances apparues, des données de l’antibiogramme, et de la présence possible d’autres pathologies sexuellement transmissibles associées.

La seule prévention possible réside dans l’usage du préservatif.

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Techniques de laboratoire

Mots-clés et articles associés:
Bartholin
écoulement purulent
MST
   Epidémiologie de l’hépatite B (article)
   Epidémiologie du sida dans le monde en 1996 (article)
   Traitement des urétrites gonococciques (article)
   Structure et réplication du virus de l’hépatite B (article)
   Stratégies vaccinales contre l’hépatite B (article)
ophtalmie néonatale
urétrite
Skène

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia