Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Thérapeutique > Envenimation par les serpents


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Envenimation par les serpents

ensemble des symptômes survenant après l’inoculation à l’homme de venins de serpents

Il s’agit de l’ensemble des symptômes survenant après l’inoculation à l’homme de venins de serpents. C’est un accident rare mais dont l’issue parfois fatale génère une frayeur à l’origine de conduite inadaptée.

Physiopathologie : L’envenimation n’est pas systématique en cas de morsure. L’évolution de la morsure d’un serpent est imprévisible. Une première envenimation provoque l’immunité contre le venin de l’espèce, ce qui ouvre la voie de l’immunisation active des individus et des populations à hauts risques. L’effet toxique d’un venin de serpent est variable selon de nombreux facteurs (poids du sujet, quantité de venin injecté, endroit du corps où le venin a été injecté sensibilité propre à l’individu) Deux grands syndromes sont individualisables : le syndrome vipérin (oedème local par libération d’histamine, hypotension artérielle, syndrome hémorragique.) et le syndrome cobraïque (paralysies en particulier respiratoires par curarisation, cardiotoxicité avec collapsus cardio-vasculaire.)

Symptomatologie clinique : on recherche des effets locaux ( douleur de type brûlure, traces de morsures punctiformes distantes de quelques millimètres, entourées d’une auréole purpurique, ecchymose, oedème extensif parfois à tout le membre puis nécrose locale ou étendue.), des effets généraux à type d’agitation associé ou non à des signes digestifs. D’un point de vue hémodynamique on notera une hypotension artérielle voire un collapsus ou un choc hypovolémique entraînant une insuffisance rénale oligo-anurique. Enfin des effets hématotoxiques (maximum au deuxième jour) apparaissent (hémolyse aiguë intravasculaire, syndrome hémorragique ...). Les effets neurotoxiques vont se manifester par l’atteinte des muscles du carrefour glosso-pharyngo-laryngé et des muscles respiratoires.

La mort consécutive à toutes ces atteintes peut être plus ou moins rapide.

Traitement en Afrique : dans tous les cas la victime est mise au repos complet, allongée. Une sérothérapie antitétanique et vaccin antitétanique est réalisée. On réalise une désinfection locale et le membre est immobilisé avec légère gêne au retour veineux . En l’absence d’envenimation : retour au domicile après vingt-quatre heures de surveillance. Pour tous les autres cas : hospitalisation et pose d’une voie veineuse périphérique. Il faut calmer l’agitation et l’angoisse ainsi que les douleurs pour freiner la circulation sanguine. L’ antibiothérapie est systématique en prévention de la gangrène ou d’une surinfection constante, corticothérapie également systématique à visée anti-inflammatoire et prévention des effets secondaires de la sérothérapie et enfin héparinothérapie standard ou sous cutanée.

Le sérum antivenimeux (protocole OMS) s’impose le plus tôt possible. L’éventualité rare de choc anaphylactique impose la mise en place d’une deuxième voie veineuse. On administre chaque fois que possible du sérum monovalent correspondant à l’espèce du serpent, dans les autres cas, du sérum polyvalent.

Les nécroses éventuelles seront également à traiter en fonction de leurs étendues et à surveiller afin d’éviter la gangrène.

La surveillance est avant tout clinique, locale de la vitesse de propagation de l’oedème en vérifiant que ne se produise pas une compression vasculaire : prise des pouls distaux et coloration des pieds ; des nécroses et des risques de surinfections.

Bien évidemment une surveillance générale hémodynamique, rénale et respiratoire est indispensable, complétée par une bilan sanguin

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Thérapeutique

Secteurs abordés :
Toxicologie

Mots-clés et articles associés:
hypotension
   Mesure de la pression artérielle (article)
nausées
oedème
   La brûlure (article)
   Conduite à tenir devant une protéinurie (article)
   La dracunculose, une maladie en voie de disparition (article)
paralysie
   Sciatiques (article)
venin
envenimation

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia