Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Médecine > Diagnostic et traitement des états de choc


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Diagnostic et traitement des états de choc

physiopathologie, diagnostic et traitement des différents états de chocs

Diagnostic et traitement des états de choc

L’état de choc est un syndrome caractérisé par une diminution brutale de la perfusion (circulation sanguine) de tissus de l’organisme compromettant l’apport d’oxygène au niveau de ces tissus.

En fonction du mécanisme initial du choc, on distingue le choc cardiogénique, le choc hypovolémique et le choc septique.

I. Physiopathologie des états de choc

1. Perturbations circulatoires

2. Perturbations microcirculatoires

3. Retentissement du choc au niveau des organes

Il. Diagnostic clinique de l’état de choc

1. Aspects cliniques et biologiques

a. Signes évocateurs

b. Bilan clinique complet

c. Examens biologiques

d. Au terme du bilan clinique et biologique

2. Étude hémodynamique

III. Les différents types de choc

1. Choc hypovolémique

a. Physiopathologie

b. Diagnostic clinique et étiologique

c. Évolution

2. Choc cardiogénique

a. Physiopathologie

b. Diagnostic clinique et étiologique

c. Évolution

3. Choc septique

a. Physiopathologie

b. Diagnostic clinique et étiologique

c. Évolution des états septiques

IV. Traitement

1. Traitement symptomatique

2. Traitement selon le type de choc

3. Surveillance

Conclusion

Le diagnostic et la prise en charge de l’état de choc doivent être précoces. Le traitement est à la fois symptomatique, visant à améliorer la perfusion tissulaire et étiologique. L’évolution des chocs hypovolémiques est plus favorable que celle des chocs cardiogéniques et septiques dont la mortalité est supérieure à 50 %.

Pour les chocs septiques, en particulier d’origine nosocomiale (surinfection hospitalière), le véritable objectif doit être un traitement préventif.

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Médecine

Mots-clés et articles associés:
chocs hypovolémiques
chocs septiques
pression veineuse centrale
chocs cardiogéniques

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia