Base documentaire
  Accueil > Base documentaire > Santé publique > Choléra


  BASE DOCUMENTAIRE

Chirurgie
Gestes techniques
Gyneco/Obstetrique
Médecine
Pédiatrie
Santé publique
Secourisme d’urgence
Techniques de laboratoire
Thérapeutique
Vaccins

  FICHES TECHNIQUES

Images-exemples cytologie et anatomo-pathologie
Techniques anatomo-pathologiques (PCD)

  TRAITEMENT DE LA DOULEUR

Cours de Phnom Penh

  LEDAMED

Projet
Contacts

  TÉLÉMÉDECINE

Télémédecine

 

Imprimer

 

Choléra

épidémiologie et principes de lutte

L’agent pathogène du choléra est le vibrion cholérique. Le réservoir est le tube digestif de l’homme, malade ou porteur sain (10 porteurs sains pour 1 malade !)

Les vibrions sont éliminés par les selles et survivent en milieu humide pendant 1 à 20 jours suivant les milieux (eaux de rivière ou de puits, aliments, vêtements humides). Le vibrion est facilement détruit par le dessèchement, l’ébullition, le chlore !

L’homme se contamine en consommant des vibrions cholériques (eau ou aliments souillés), et par contacts humains (en portant à la bouche une main qui a touché des selles contaminées)

Facteurs favorisant la transmission du choléra : -Contamination de l’eau (Absence de latrines, Consommation d’eau non potable, Puits non protégés, Stockage de l’eau dans des récipients souillés) -Contamination des aliments (utilisation d’engrais humains, lavage avec une eau contaminée, manipulation avec de mains sales, mouches, etc.) -Transmission directe d’homme à homme (les rassemblements collectifs multiplient les contacts et le manque d’hygiène)

TABLEAU CLINIQUE ET MECANISME DE LA MALADIE

C’est une diarrhée sévère suivie de vomissements, entraînant une déshydratation en quelques heures.

L’incubation du choléra est de 1 à 5 jours. Les vibrions se multiplient dans l’intestin et produisent une toxine qui agit sur les cellules de l’intestin en provoquant une sécrétion très importante d’eau, de sel, de bicarbonate et de potassium. Ce mécanisme provoque une " diarrhée cholériforme " c’est-à-dire aqueuse, incolore, ne contenant pas de selles, ni de glaires, ni de sang et souvent accompagnée de vomissements. La quantité totale de liquides perdus peut atteindre 10 à 15 litres par jour.

DIAGNOSTIC

Pendant une épidémie, le diagnostic est clinique et l’important est d’entreprendre une réhydratation le plus vite possible. En dehors d’une épidémie, il faut faire confirmer les premiers cas suspects par un examen de laboratoire.

Si on ne dispose pas de laboratoire sur place, la méthode de transport la plus simple consiste à plonger dans les selles une bande de papier-buvard (5cm x 2 cm) et à l’enfermer hermétiquement dans un sachet en plastique en indiquant le nom, la date et le lieu du prélèvement. Ces prélèvements peuvent voyager 15 jours à la température extérieure.

TRAITEMENTS

Le choléra guérit en quelques jours, si la réhydratation est précoce. Celle-ci peut être veineuse (pour les formes initiales ou sévères) ou orale (pour les formes avec réhydratation faible ou moyenne).

Les solutions de réhydratation recommandées par l’OMS contiennent : * Par voie veineuse : pour 1 litre d’eau : 4g chlorure de sodium, 6,5 g acétate de sodium, 1 g chlorure de potassium, 10 g glucose. * Par voie orale : pour 1 litre d’eau : 3,5 g chlorure de sodium, 1,5 g chlorure de potassium, 2,5 g bicarbonate de sodium, 20 g glucose

Il est possible de préparer une solution de réhydratation orale de la manière suivante : dans un jerrican ou un seau de 10 l d’eau, mettre 35 g de sel (7 cuillers à café rases) 200 g de sucre (40 morceaux de format n°4), 25 g de bicarbonate de sodium (5 cuillers à café).

Le volume à faire absorber, par petites quantités répétées, pendant les 4 premières heures, est égal à la quantité estimée de liquides perdus. Pour un adulte de 50 kg avec une déshydratation moyenne, ce volume est de 2,5 litres. Il est ensuite est adapté au volume mesuré des selles, jusqu’à la fin de la diarrhée.

Un traitement antibiotique ne vise qu’à raccourcir la durée de la diarrhée et empêcher la contamination :

* Soit la sulfadoxine (Fanasil®) : 1 injection IM unique de 2 g * Soit la tétracycline 500 mg, 4 fois par jour pendant 3 jours * Soit le Bactrim®, 2 comprimés, 2 fois par jour pendant 3 jours

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES EPIDEMIES

Lorsque surviennent un ou plusieurs cas suspects, il faut IMMEDIATEMENT regroupes, isoler et traiter les malades ; obtenir une confirmation bactériologique du diagnostic ; signaler les cas aux autorités sanitaires ; empêcher les déplacements et rassemblements de population, organiser un dépistage précoce à domicile ; traiter l’entourage des malades et le personnel soignant.

En cas d’épidémie déclarée, la réhydratation précoce et intensive de tous les malades diarrhéiques est l’objectif prioritaire mais elle exige de réunir en quelques jours un matériel et un personnel important. Le centre de traitement doit être ouvert 24 heures sur 24 ; les selles, les vomissements, les locaux, les récipients doivent être désinfectés (crésyl 4%, chlorure de chaux 2 %, eau de javel 12 %) ; les cadavres doivent être enterrés ou incinérés. Il convient en outre

 
Pour obtenir l'article complet extrait de la revue
Développement et Santé
(Droits de reproduction et de traduction interdits pour tous pays)
cliquer ci-dessous:



Lire l'article complet



Lire l'article complet

Domaines abordés :
Santé publique

Secteurs abordés :
Prévention

Mots-clés et articles associés:
désinfection
   plaies et sutures (article)
   L’épidémie de choléra aux Comores (article)
épidémiologie
   Trypanosomiase (article)
prévention
   Prévenir la diarrhée chez les jeunes enfants (article)
   La prise en charge des personnes atteintes comme élément de prévention (article)
   Infections respiratoires aiguës (article)
   Aider l’enfant handicapé moteur (article)
   Actualités du choléra à l’aube du 3e millénaire (article)
   Information et prévention (article)
   L’enfant pour l’enfant (article)
   L’utilisation systématique du cotrimoxazole (Bactrim) pour prévenir les complications infectieuses de la rougeole peut-elle diminuer sa mortalité ? (article)
   Rééducation des lombalgies (article)
   Le SIDA, comment en parler à l’école (article)
traitement
   Prescrire chez l’enfant (article)
   Recommandations de Gorée 2001 (article)
   Evaluation de l’intensité de la douleur (article)
   Comportement des mères africaines face à la prescription de médicaments aux enfants malades (article)
cholera

 

Site réalisé par NetAktiv Multimédia